Colette Soler, psychanalyse

« C’est la question que posait Molière ironisant dans Le Malade imaginaire ou Le Médecin malgré lui sur le thème : « Comment un homme pourrait-il prétendre en guérir un autre ? » Mais précisément, le psychanalyste ne prétend pas guérir un autre, il prétend aider l’autre à se guérir par l’élaboration qu’il fait de son inconscient. C’est pour cela que je disais que le psychanalyste sait qu’il ne sait pas ce qui convient pour quelqu’un d’autre. Le fait qu’on fasse parler l’analysant implique un présupposé, un postulat ; cela implique que c’est du côté de l’analysant qu’est déposé le savoir inconscient. Parce que sinon, on ne le ferait pas parler, on l’examinerait et on lui dirait ce qui convient dans son cas. Pas mal de thérapies emploient cette méthode et échouent à tous coups » Colette Soler

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :