Objet et médiation dans la dynamique familiale. B.Chouvier

Objet et médiation dans la dynamique familiale. B.Chouvier
Lu sur Cairn et en téléchargement libre ci-dessous

Résumé

Les objets prennent sens et symbolisent au sein de la dynamique familiale et il est possible de différencier plusieurs fonctions médiatrices de ces objets : fonction de dépôt, fonction de facilitation de la communication, fonction de temporisation ou de désafférentation objectale, fonction de délégation ou de relégation. Mais ce qui est essentiel dans l’objet, c’est le lien qu’il permet de tisser entre l’enfant, le parent et le thérapeute au cours des entretiens familiaux. La fonction de medium donne à l’objet sa dimension transférentielle. La place de la créativité est également importante, sous la forme de l’élan créateur, de l’enthousiasme et de l’invention de personnages imaginaires.

Le terme de médiation est aujourd’hui quelque peu galvaudé. Chaque fois qu’un concept acquiert du succès, il risque de perdre de son efficience. Si tout devient médiation, alors plus rien ne médiatise. Ce qui est gagné en extension est perdu en compréhension. La médiation est devenue, comme l’objet transitionnel, victime d’une utilisation trop banalisée. Aussi importe-t-il de se centrer sur la médiation comme mise en œuvre d’un processus psychique ayant des qualités et des caractéristiques propres.

Le processus médiateur se définit avant tout comme le recours nécessaire de la psyché, dans des circonstances précises, à des objets externes. De tels objets sont médiateurs dans la mesure où ils ont une valeur expressive, une valeur significative et une valeur relationnelle (B. Chouvier, 2002). C’est cette dernière valeur qui est centralement privilégiée dans les objets de relation (G. Gimenez, 2002). L’objet médiateur est spécifiquement objet de relation quand il devient, pour un temps, le vecteur des échanges avec le thérapeute, dans l’ici et le maintenant de la rencontre. L’objet de relation organise, dans l’instant, le détour par lequel l’immédiat se structure et prend sens comme médiat (R. Kaës, 2002). Aussi peut-on dire qu’il est un cas de figure singulier de la médiation. Il acquiert son contenu relationnel de manière fortuite et imprévisible, venant ainsi permettre de décoder une ou plusieurs dimensions du transfert. L’objet médiateur, au sens strict, désigne l’objet matériel, déjà là ou créé, choisi par le clinicien pour vectoriser le travail d’élaboration thérapeutique.

Plan de l’article

La médiation symbolisante
Les fonctions médiatrices
Le medium
Le lien à la création

Télécharger l’article:

Objet et médiation dans la dynamique familiale

Chouvier Bernard, « Objet et médiation dans la dynamique familiale », Le Divan familial 1/2006 (N° 16) , p. 61-75
URL : http://www.cairn.info/revue-le-divan-familial-2006-1-page-61.htm.
DOI : 10.3917/difa.016.0061.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :