La haine et le contre-transfert

La haine et le contre-transfert. Pour D.W. Winnicott, les mouvements transférentiels dans les problématiques psychotiques et « border line » s’articulent autour d’une relation de dépendance. C’est l’acceptation de cette dépendance régressive par l’analyste qui permet au patient de réactualiser transférentiellement ses expériences précoces ayant eu un effet traumatique. « C’est ainsi que finalement nous réussissons en échouant, … Lire la suite